Les avantages de la conduite accompagnée

La conduite accompagnée présente de nombreux avantages, notamment en matière de sécurité, mais pas que. Ainsi, nous avons décidé de vous présenter tous les avantages de la conduite accompagnée.

La conduite accompagnée, une réussite !

Lorsque votre enfant se lance dans la conduite accompagnée, son investissement est très souvent récompensé. Cela se voit notamment grâce au taux de réussite qui s’élève à 74% pour les jeunes ayant effectués la conduite accompagnée, contre 55% en formation initiale. En effet, la conduite accompagnée permet de réaliser 3000 km sur une période d’un an minimum. Ainsi, les jeunes acquièrent de l’expérience petit à petit, tout au long de cette année de conduite avec leurs parents. En effet, cela permet également de réduire le risque d’accident chez les jeunes conducteurs. De plus, la conduite accompagnée permet de récupérer des points plus rapidement, grâce à la période de probation de deux ans seulement, contrairement à 3 ans en permis probatoire classique. Cependant, le permis probatoire commence toujours avec 6 points, conduite accompagnée ou non. Ainsi, les jeunes récupèreront 3 points par an pendant deux ans, afin d’obtenir leurs 12 points. De plus, vos enfants auront la possibilité de commencer la conduite accompagnée avec vous dès l’âge de 15 ans, ce qui leur permettra d’avoir leur permis dès l’âge de 18 ans.

Les privilèges financiers

Lorsque vous faire le choix d’opter pour la conduite accompagnée, vous bénéficiez d’une réduction sur le prix du permis. En effet, le tarif peut être diminué jusqu’à 500€, passant alors de 1100€ à 1600€. De plus, au-delà du prix du permis, l’assurance auto du jeune conducteur est également moins chère. En effet, lorsqu’un jeune est en permis probatoire, il doit payer une surprime, car les assurances auto estiment que les risques d’accident sont plus élevés. En outre, si votre enfant a obtenu son permis après une conduite accompagnée, la surprime sera normalement moins élevée, car le jeune aura déjà eu une certaine expérience sur la route. En outre, il faut savoir que la MAIF ne fait pas payer de surprime aux jeunes conducteurs, ainsi qu’aux enfants ayant des parents assurés à la MAIF. De plus, il existe désormais de nombreuses aides, afin de faciliter l’accès à la conduite pour les jeunes. Ainsi, grâce à un partenariat entre l’État, les banques et les auto-écoles, vous avez la possibilité de faire un prêt, avec les intérêts pris en charge. Grâce à cela, vous devrez rembourser ce prêt à hauteur de 1€ par jour, ce qui revient à payer 30€ par mois. Des aides peuvent également être apportées aux familles défavorisées, notamment par Pôle Emploi ainsi que par les mairies et les départements.

Une règlementation stricte

La conduite accompagnée est suivie de près par une certaine règlementation, qu’il est important de respecter. En effet, votre enfant ne doit jamais conduire votre véhicule sans avoir apposé le disque « conduite accompagnée ». De plus, comme vous le savez, les limites de vitesse ne sont pas les mêmes que pour vous, en tant que parents. Ainsi, les limitations de vitesse seront basées sur celles imposées aux jeunes conducteurs en permis probatoire. En effet, il n’est pas question de rouler à 130 km/h sur l’autoroute ! Au-delà de ça, il est essentiel que vous respectiez scrupuleusement votre rôle d’accompagnateur à la lettre, afin de rassurer et de guider votre enfant, surtout au début. En effet, le rétroviseur de droite doit être réglé de façon à ce que vous puissiez voir ce qui se passe. Le jeune conducteur devra également être équipé des papiers de l’auto-école, du permis de son accompagnateur ainsi que des papiers de l’assureur en cas de contrôle de police.

Vous aimerez probablement
Dégradation d’un véhicule dans la rue : que faire ?
Jeunes conducteurs : bien choisir son assurance auto !
Protection juridique et responsabilité civile : quelles différences ?
Assurance auto : quels avantages pour les voitures hybrides ?

Laisser une Réponse